Page principale --> Articles --> Santé --> Article #40
Menu Principal


Adresses

Réunion
NOUVELLE SALLE

Loisirs Communautaires Saint-Michel
7110, 8e AVENUE
Montréal (QC)
H2A 3C4
Carte
Station de Métro D'Iberville
Adresse Postale
AQAP
205 rue Decelles
Granby, Qc
J2G 7P6
Les fleurs de Bach

Références : - Bach Flower Remedies Ltd et Natural Health care for your bird

Afin de satisfaire la curiosité de certains et de piquer celle des autres, je vais tenter, dans cet article, d’expliquer un peu ce que sont les «Fleurs de Bach». Je commencerai donc par vous présenter l’inventeur de cette méthode de traitement, car il s’agit bien ici d’un remède.

Le Docteur Edward Bach, physicien anglais notoire, bactériologiste, homéopathe et chercheur conclut, il y a plus d’un demi-siècle que les maladies de ses patients étaient directement reliées à leur état d’esprit négatif. Il a constaté que les humeurs négatives provoquent un déséquilibre et un manque d’harmonie qui menacent la santé. Les émotions, telles la jalousie, la peur, le souci, le manque d’espoir et le manque de confiance en soi affectent aussi la vitalité de la personne et diminuent sa résistance aux maladies. Pour recouvrer l’équilibre et l’harmonie, selon Bach, l’état d’esprit négatif doit être remplacé par un état d’esprit inverse. Une condition psychologique négative générale peut, non seulement causer une maladie organique et empêcher une guérison chez les humains, mais aussi chez les animaux et spécialement chez les animaux en captivité. Des expériences ont démontré que la thérapie de Bach est hautement efficace chez les animaux, surtout pour traiter les troubles du comportement et les troubles psychologiques (anxiété, agressivité, problèmes d’acclimatation, picage) et peut aider dans des situations difficiles. Les Fleurs de Bach ont un effet régulateur positif sur la pensée négative et l’état de santé général. De là, découle indirectement, une plus grande résistance aux désordres physiques produits par un déséquilibre émotionnel. Mais il serait futile de croire qu’une maladie d’origine organique (ou un accident) pourrait être traitée par une thérapie de Fleurs de Bach. Cependant, en lui combinant d’autres thérapies, elle peut aider à réduire la durée du processus de guérison. Il faut aussi se rappeler qu’une thérapie aux Fleurs de Bach ne compensera pas pour les dommages causés par des soins et/ou un entretien inadéquats.

Bach insiste sur un système de traitement exempt de danger, naturel et doux puis se tourne vers les plantes et les arbres pour une thérapeutique révolutionnaire. Il a observé et classifié 38 états d’esprit négatifs communs à toutes les personnes. Pour chaque humeur spécifique, il a découvert la fleur, la plante ou l’arbre correspondant qui peut soulager l’humeur négative. La thérapie des Fleurs de Bach est une préparation d’essences de 37 fleurs et plantes différentes et d’eau de roche d’une certaine source, comme 38ième essence. Les vibrations positives extraites de ces plantes sont transférées par dilution, dans l’eau de source et conservées avec de l’alcool.

Comment choisir votre premier remède Bach
L’intention de Bach était de développer une méthode de traitement simple et sans danger afin que tous puissent en bénéficier. Les remèdes peuvent être utilisés par des personnes de tous âges, sans danger de surdose ou d’effets secondaires. En cas de mauvais choix, rien de mal ne s’ensuivra. Commencez par lire pour vous familiariser avec chaque remède. Remarquez vos traits de personnalité et vos réactions aux situations qui vous rendent malheureux et que vous voudriez changer.

Sélectionnez ces traits ou situations qui vous causent le plus de tristesse ou de chagrin vous limitant à 6 ou moins. Lorsque seulement des impressions générales, telles l’inquiétude, la peur ou la tension sont évidentes au début, il est important de se demander quelle est la nature spécifique de ces humeurs ou pourquoi elles existent. Un peu de réflexion dans ce sens devrait vous aider à choisir le(s) bon(s) remède(s). Souvenez-vous que chaque remède représente simplement un état d’esprit négatif.

Description des remèdes de fleurs bach

  • Aigremoine (agrimony): Pour ceux qui ont du chagrin causés par des contrariétés et qui sauvegardent la paix en taisant leurs propres opinions ou leurs propres problèmes. Ils cachent leurs soucis derrière une façade enjouée et peuvent s’aider à les supporter à l’aide de drogues et d’alcool.
  • Tremble (aspen) : Pour les peurs d’origine inconnue. L’appréhension que quelque chose de terrible est sur le point d’arriver mais sans raison connue.
  • Hêtre (beech) : Pour ceux qui ont besoin d’être plus tolérants, plus indulgents et plus compréhensifs à l’égard des autres. Pour ceux qui sont hypercritiques et qui jugent les autres.
  • Centaurée (centaury) : Pour ceux qui sont trop anxieux de servir les autres au point qu’ils deviennent serviles plutôt que simplement serviables. Volonté faible, ils négligent souvent leur propre mission de vie.
  • Plumbago (cerato) : Pour ceux qui n’ont pas suffisamment confiance en eux-mêmes pour prendre leurs propres décisions, cherchant constamment des conseils et étant souvent mal guidés par l’avis des autres.
  • Pruniermyrobolan (cherry plum) : La peur de perdre le contrôle de la pensée ou du corps; ayant l’impulsion de faire quelque chose mal vu des autres.
  • Bourgeon de marronnier (chestnut bud) : Pour ceux qui ne tirent pas de leçons de leurs propres expériences ni de celles observées chez les autres. Ils répètent alors les mêmes erreurs avant d’apprendre.
  • Chicorée sauvage (chicory) : Pour ceux qui sont trop préoccupés par les besoins de leur entourage. Ils corrigent continuellement ce qu’ils considèrent être mal et aiment le faire eux-mêmes. Ils peuvent être trop protecteurs ou possessifs.
  • Clématite (clematis) : Pour ceux qui sont dans la lune, somnolents, absents, pas vraiment éveillés, vivant plus dans le futur que dans le présent. Avec peu d’engagement dans le « ici maintenant », ils regardent vers le futur espérant des temps plus heureux.
  • Pommier sauvage (crab apple) : Pour ceux qui ont une pauvre image d’eux-mêmes se sentant contaminés ou sales, honteux et sans attrait. Pour la désintoxication; le remède nettoyant.
  • Orme champêtre (elm) : Pour ceux qui ont la sensation de ne pas être à la hauteur ou dont la dépression apparaît quand ils se sentent écrasés par les responsabilités déjà entreprises.
  • Gentiane amarelle (gentian) : Pour ceux qui sont facilement découragés. Pour le doute et l’accablement causés par de légers retards ou empêchements au progrès quotidien.
  • Ajonc (gorse) : Pour un très grand désespoir. Lorsqu’il semble que rien de plus ne peut être fait et qu’il n’y a aucun espoir de soulagement.
  • Bruyère (heather) : Pour ceux qui évitent d’être seuls en parlant sans cesse de leurs affaires aux autres, peu importe qui ils sont.
  • Houx (holly) : Pour ceux qui sont dérangés par les sentiments de haine, de jalousie, d’envie, de suspicion et de vengeance. Pour une forte antipathie à l’égard de l’amour.
  • Chèvrefeuille (honeysuckle) : Pour ceux qui regardent leur passé en semblant être plus heureux. Pour une sensation de nostalgie, de mal du pays. Au lieu de vivre au moment présent, ils sont préoccupés par les beaux jours du passé.
  • Charme commun (hornbeam) : Pour cette sensation du « lundi matin » lorsqu’une partie de l’esprit ou du corps semble avoir besoin de se renforcer avant de pouvoir aller vers son travail quotidien.
  • Impatiens (impatiens) : Intolérance à l’incapacité des autres à suivre notre rythme au travail, ce qui conduit à désirer d’œuvrer seul.. Vif à penser et à agir, ne voulant pas attendre.
  • Mélèze d’Europe (larch) : Pour ceux qui se sentent inférieurs et manquent de confiance en leurs propres habilités. Anticipant l’échec, ils ne font que peu ou pas d’effort pour réussir.
  • Muscade (mimulus) : La peur de choses connues, telles la pauvreté, la noirceur, la solitude, les hauteurs, les accidents, les autres gens, etc.
  • Moutarde sauvage (mustard) : Pour une mélancolie soudaine, la dépression ou une profonde tristesse sans raison apparente comme un lourd nuage au-dessus de la tête éliminant toute joie et lumière.
  • Chêne pédoncule (oak) : Pour ceux qui luttent sans cesse malgré les difficultés et de grands désavantages, n’abandonnant jamais, même malades ou surmenés, persistant à l’excès pour atteindre leurs buts.
  • Olivier (olive) : Pour l’épuisement complet du mental et/ou du physique lorsqu’il ne reste plus de force pour faire de nouveaux efforts.
  • Pin sylvestre (pine) : Pour ceux qui se blâment même lorsqu’ils ont du succès. Ils pensent qu’ils auraient pu faire mieux et ne sont jamais satisfaits de leurs efforts ou résultats. Ils peuvent même prendre pour eux-mêmes, la responsabilité d’un faute commise par quelqu’un d’autre.
  • Marronnier rouge (red chestnut) : Pour ceux qui sont trop anxieux de la sécurité et du bien-être des autres, négligeant souvent leurs propres besoins.
  • Hélianthème (rock rose) : Pour les états de terreur, d’alarme, d’hystérie et de panique. Pour les peurs extrêmes provoquées par un accident, une maladie, des cauchemars, etc.
  • Eau de roche (rock water) : Pour ceux qui sont stricts dans leur manière de vivre, adhérant à des idéaux et des croyances rigides et souvent n’ayant aucune joie dans la vie. Ils sont des maîtres durs pour eux-mêmes souhaitant être un exemple pour les autres.
  • Alène (scleranthus) : Pour ceux qui ont de la difficulté à décider entre deux choses, la première semble la bonne puis après c’est l’autre. Ceci peut généralement être démontré sous forme de changements d’humeur.
  • Étoile de Bethléhem (star or Bethlehem) : Pour une grande détresse provoquée par un traumatisme. Pour l’effet mental/émotif entourant le choc résultant d’accidents, de nouvelles graves, de la perte d’un être cher, etc.
  • Châtaignier commun (sweet chestnut) : Pour une anxiété insupportable. Lorsque l’esprit et le corps semblent avoir atteint l’extrême limite de l’endurance. Lorsqu’il ne semble rester que destruction et anéantissement.
  • Verveine (vervain) : Pour ceux qui ont des idéaux fixes et des principes souhaitant convertir à leurs points de vue ceux qui les entourent. Enseignant et philosophant toujours, ils peuvent être trop enthousiastes et trop autoritaires. Peuvent être tendus, nerveux et trop actifs.
  • Vigne (vine) : Pour ceux qui peuvent être dictateurs et tyrans. Cependant, ils peuvent souvent être de bons chefs lorsqu’ils ne sont pas portés aux extrêmes.
  • Noyer commun (walnut) : Pour de la protection et de la constance contre les influences extérieures pendant les périodes majeures de transition, telles que déménager, briser de vieilles ou se créer de nouvelles relations, changer d’emploi, etc.
  • Violette d’eau (water violet) : Pour ceux qui sont indépendants, isolés et confiants en eux-mêmes préférant être seuls, même en temps de difficulté et de maladie.
  • Fleur de marronnier blanc (white chestnut) : Pour ceux qui ne peuvent empêcher les pensées, les idées ou les arguments indésirables dans leur esprit. Ceux-ci semblent tourner en rond dérangeant la paix de l’esprit et la concentration.
  • Folle avoine (wild oat) : Pour ceux qui ont l’ambition de faire quelque chose de marquant dans la vie, mais qui ont de la difficulté à déterminer la voie à suivre. Ceci peut être une cause d’insatisfaction et de retard.
  • Églantine (wild rose) : Pour ceux qui sont indifférents et résignés à tout ce qui arrive. Ils ne font aucun effort pour améliorer leur situation, se soumettant sans se plaindre et n’y éprouvant aucune joie.
  • Saule (willow) : Pour ceux qui ont du ressentiment ou qui sont amers à cause des épreuves qu’ils ont vécues. Ils ont la sensation qu’ils ne méritent pas les injustices de la vie.


Préparation et usage des premiers remèdes Bach
(les remèdes de fleurs Bach n’ont pas été créés dans le but de remplacer l’aide professionnelle qualifiée.) Allez quand même consulter un vétérinaire.

Tous les Remèdes Bach (Les authentiques Remèdes Bach portent le petit Bach Flower Remedies avec l’adresse du manufacturier du Royaume-Uni.) authentiques sont disponibles sous la forme de concentré qui se conservera indéfiniment rangé à la température normale de la pièce, loin de la lumière directe du soleil.

Pour usage à court terme ou en cas de situations stressantes immédiates, 2 ou 3 gouttes de concentré peuvent être prises directement sous la langue (en cas d’une sensibilité à l’alcool, il serait désirable de le diluer.) ou dans ­un dem- verre d’eau ou de jus, etc., siroter fréquemment. Pour économiser et pour simplifier l’usage en voyage, il est possible de préparer une bouteille de formules personnelle. Cette formule peut être prise aussi souvent que nécessaire mais au moins 4 gouttes, 4 fois par jour sous la langue : au réveil, en fin d’avant-midi, en fin d’après-midi et au coucher.

Remède de secours, sa préparation et son usage
(Le Remède de secours n’a pas été créé dans le but de remplacer l’assistance d’urgence qualifiée, mais peut être utilisé en attendant qu’arrive l’aide, pour diminuer le choc et les émotions). Allez quand même consulter un vétérinaire.

Le docteur Bach a combiné Rock Rose (hélianthème), Star of Bethlehem (Étoile de Bethléhem), Impatiens (Impatiens), Cherry Plum (Prunier myrobolan) et Clematis (Clématite) dans son seul remède composé et l’a nommé « Remède de secours ».

Plusieurs professionnels de la santé, des vétérinaires et des profanes ont admis avoir remarqué un effet stabilisant et calmant dans une grande variété de situations stressantes. Il semble avoir apporté confort et calme à ceux qui ont eu à faire face à des nouvelles graves, des bouleversements majeurs et des expériences traumatisantes qui conduisent souvent à un état d’esprit engourdi et étourdi. Il est aussi réputé pour son aide dans les cas moins graves, tels les disputes, les examens, le trac, les visites chez le dentiste, etc.

Mettre 4 gouttes de Remède de secours dans un quart de verre d’eau de source ou autre liquide et siroter fréquemment jusqu’à ce que le malaise cesse. En cas d’inconscience ou d’incapacité à boire, mouiller les lèvres, l’arrière des oreilles, les poignets ou les tempes de quelques gouttes de concentré.

La crème de remède secours
Le Remède de secours combiné au Pommier sauvage est aussi disponible dans une crème de base sans lanoline, sans antiseptique, préparée de façon homéopathique. Elle est réputée très utile pour les coupures, brûlures, contusions, foulures, piqûres, morsures, en massage et pour les soins chiropratiques. Simultanément, le Remède de secours liquide aidera à soulager le malaise provenant de n’importe laquelle des situations précitées.

Les remèdes Bach et les animaux
Souvent des traits de personnalité spécifique, des attitudes ou conditions peuvent être observés chez les animaux domestiques ou les animaux de la ferme. Par exemple, l’identification de la peur, de la jalousie, de la possessivité, de l’épuisement, de l’angoisse, d’un traumatisme, etc. peuvent être en administrant le remède approprié.

Selon certaines informations, le Remède de secours agit en tant qu’excellent remède à usages multiples pour les animaux qui y réagissent favorablement, peu importe leur état ou la cause de leur souffrance.

Dosage : 4 gouttes du concentré de Remède de secours plus 2 gouttes de tout autre remède dans le breuvage de l’animal. Une dilution peut être aspergée sur la nourriture. Pour les animaux plus gros, ajouter 10 gouttes/gallon ou 4 gouttes sur un cube de sucre.

Dosage pour les oiseaux : Deux façons d’administrer les remèdes se sont avérées efficaces, soit ajouter 1 ou 2 gouttes de concentré directement dans l’eau de l’oiseau ou, (parce que certains oiseaux boivent très peu ou pas), diluer 1 goutte dans 1ml. d’eau de source en bouteille et en déposer sur la tête de l’oiseau ou sur la peau qui se trouve sous ses ailes.

Ceci est habituellement la méthode la plus efficace d’administrer le Remède de secours.

Voici maintenant quelques « recettes » à utiliser pour différentes situations d’urgence que je ne vous souhaite pas….

  • Mesures d’urgence : Les gouttes du Remède de secours aident à se remettre du choc d’une blessure. Appliquer 1 goutte du Remède de secours sur la tête de l’oiseau. Diluez l’essence (1 goutte dans 5ml. d’eau) et lui en donner (à boire) 2 à 4 gouttes, selon la taille de l’oiseau, toutes les heures.
  • Brûlures : Immédiatement après l’accident, appliquer sur les parties brûlées, la recette Mesures d’urgence et faire boire à l’oiseau, de 2 à 4 gouttes (selon sa taille) toutes les 15 minutes au début. Les gouttes l’aideront à se remettre du choc et agiront comme un stimulant auprès des cellules, ce qui leur permettra de poursuivre leur activité.
  • Engelures : Les endroits gelés sur le corps, particulièrement les pieds, sont d’une pâleur frappante et tournent au bleu-rouge par la suite. Ils sont soit enflés et chauds soit froids et très douloureux. Tout comme pour les brûlures, ampoules et plaies peuvent se développer. La chaire peut devenir nécrotique (gangrène). Parce qu’il y a démangeaison, l’oiseau se gratte les orteils avec son bec, ce qui peut causer des saignements importants. Traitement : Traiter immédiatement de façon externe (Sur les plaies, la tête et sous les ailes) et interne(dans le bec) avec la recette Mesures d’urgence.
  • Défaillance circulatoire et évanouissement : L’oiseau respire soudain d’une façon superficielle et rapide, se tient sur le sol ou s’étend sur le côté. Traitement : Pour stabiliser l’oiseau, lui donner selon sa grosseur, de 2 à 4 gouttes de dilution ( 2 gouttes de Remède de secours dans 5 ml.. d’eau) en application externe (sur la tête et sous les ailes) et interne (dans le bec).
  • Empoisonnement : Très souvent chez les oiseaux, l’empoisonnement entraîne rapidement la mort ou des dommages graves au foie et aux reins. Quelquefois, les symptômes seront des vomissements et/ou de la diarrhée ou des brûlures caustiques (qui attaquent les tissus organiques) locales et des irritations de la peau. Traitement : Donner (à boire) à l’oiseau 2 gouttes de Remède de secours dans 5 ml. d’eau. Transporter l’oiseau chez le vétérinaire dans un transporteur couvert.
  • Rétention d’œuf : La femelle essaie en vain, en forçant ses parois abdominales, d’expulser un œuf coincé dans son oviducte (conduit). Elle est épuisée, se tient sur son perchoir les pattes écartées ou même dans un coin sur le plancher, bat de la queue, éventuellement émet un petit cri triste et lugubre, ses ailes sont pendantes. Souvent, il y a du sang dans ses fientes ou, il peut même ne plus y avoir d’évacuation. Si la rétention dure trop longtemps, il peut y avoir des complications graves pour sa santé en général en plus de difficultés respiratoires. L’oiseau est épuisé et très vulnérable au choc. Traitement : De la chaleur (lampe infra-rouge) et beaucoup d’humidité (vapeur d’une douche qui coule) aident souvent. Pour passer au travers de cette crise, le Remède de secours est encore une fois recommandé. Diluer 1 goutte dans 1 ml. d’eau et en donner 2 gouttes à boire plusieurs fois. Vous pouvez même en mettre 1 goutte sur la peau de sa tête. 1 goutte de (wild oat : folle avoine) est aussi très efficace. Si la femelle a peur d’être manipulée, éviter l’excitation additionnelle et essayer plutôt la thérapie via son abreuvoir, si elle boit. Ceci étant une situation dangereuse, la possibilité qu’elle souffre d’un choc et meure est grande.
  • Noyade : Les psittacidés, c’est bien connu, sont confiants et curieux. Malheureusement, ils « finissent » souvent dans des baignoires ou des chaudrons remplis, ou encore dans des toilettes dont on aura laissé le couvercle ouvert. Ils ne peuvent se sortir d’eux-mêmes de ces fâcheuses situations d’où le danger de noyade. Tenir l’oiseau, tête en bas et essayer d’évacuer l’eau de ses poumons en le secouant vers le bas (pas trop fort). De légères pressions sur son corps pourront peut-être aussi aider à évacuer l’eau. Envelopper l’oiseau pour le garder au chaud quand vous le transportez chez le vétérinaire. Traitement : Appliquer immédiatement 1 goutte de Remède de secours sur la tête ou sur la peau, sous les ailes, pour l’aider à se remettre du choc.
  • Papier tue-mouches : L’oiseau qui vole librement dans la maison peut se retrouver prisonnier dans ces fameuses « trappes », donc, évitez-les si vous ne voulez pas avoir à effectuer une « opération décollage ». Si le mal est fait, couper soigneusement le plus de bande possible. Il se peut que vous ayez à couper quelques plumes collées. Enlever le restant de colle avec une touche de « glue off » ou encore, avec un petit peu de nettoyant. Attention à ne pas utiliser d’agents chimiques près des narines et sur la peau.


Laver les plumes minutieusement avec de l’eau tiède-chaude et du détergent organique doux. Rincer plusieurs fois à l’eau claire. Assurez-vous que tout (colle, agents chimiques et détergent) est bien enlevé. Mettre l’oiseau dans un endroit chaud et tranquille pour sécher (utiliser une lampe infra-rouge). Traitement : Diluer 1 goutte de Remède de secours avec 1 ml. d’eau et en donner immédiatement à l’oiseau (dans le bec et sous les ailes) pour prévenir le choc.

Évidemment, je pourrais continuer ainsi pendant encore plusieurs pages…. Je m’arrêterai ici pour l’instant et vous reviendrai dans un prochain numéro avec les réponses (j’entends par là « recettes ») aux questions que certains d’entre vous vont sûrement me poser…

Denyse Pommet
HAUT


Nouvelles

Prévention de maladies infectieuses

La prévention des maladies infectieuses implique une approche à plusieurs paliers, chacun aussi important un que l’autre.

Cliquez ici pour lire la nouvelle.


Facebook

Pour accéder au profil de AQAP ou écrire sur son babillard, cliquez sur le lien suivant :

Cliquez ici pour lire la nouvelle.



Les folies de l aqap

Pour nous joindre | Webmestre | Partager
Copyright© AQAP 1994-2014
Développé par Les Technologies Reweb Inc.
Les Technologies REWEB inc.